L'EAU: RESSOURCE INDISPENSABLE A LA BONNE SANTE DE NOS PISCICULTURES.

MFR Challans-00080

Ghislain Demoly, élève de 1er bac pro production aquacole à la Mfr de Challans, passionné de pêche et de la nature, c’est interrogé sur la qualité de l’eau en amont des piscicultures, une ressource indispensable. Pour réaliser cette recherche, il a  utilisé son vécu à travers ses différentes expériences de stage dans le monde professionnel de l’aquaculture. En voici un extrait :


L'EAU: RESSOURCE INDISPENSABLE A LA BONNE SANTE DE NOS PISCICULTURES.

Ghislain Demoly, élève de 1er bac pro production aquacole à la Mfr de Challans, passionné de pêche et de la nature, c’est interrogé sur la qualité de l’eau en amont des piscicultures, une ressource indispensable. Pour réaliser cette recherche, il a  utilisé son vécu à travers ses différentes expériences de stage dans le monde professionnel de l’aquaculture. En voici un extrait :


L’eau est le milieu de vie des poissons : leur source de nourriture et d’oxygène, préservons là !

 

MFR Challans-00080Une eau de bonne qualité est indispensable à la bonne santé des êtres vivants aquatiques. Cette ressource naturelle utilisée en pisciculture n’est pas consommée, elle sera toujours restituée et si possible dans le même état. En effet, rendons proprement ce qui nous a été prêté car l’eau est un bien universel.
En effet, l’eau des bassins piscicoles est dérivée d’une rivière pour être acheminée à l’exploitation, puis, après utilisation, elle retourne dans son milieu naturel : il n’y a donc pas de consommation d’eau mais une utilisation de celle-ci avec une dérivation temporaire.
Nous avons remarqué que suivant le lieu dans lequel se déroule l’activité piscicole, les manières d’utiliser la ressource en eau varient.

Remarque : quand il s’agit de rivières à petit débit, ou en période d’étiage (cours d’eau à son plus faible niveau en été) il peut être utile d’utiliser des systèmes de recyclage d’eau ; l’eau recyclée est alors réinjectée en tête de pisciculture.

Toute pollution en amont dégrade qualitativement l’eau au sein de la pisciculture. Or, tout problème de qualité de l’eau a un impact direct sur les poissons et par conséquent sur la viabilité de l’exploitation.
-En cas de pollution subite, la conséquence est le plus souvent la mort immédiate des poissons.
-En cas de pollution chronique, la conséquence n’est pas forcément la mort des poissons mais ces derniers deviennent fragiles. Ainsi ils seront davantage sensibles aux maladies et auront une mauvaise croissance. 

 

Un des acteurs majeur de la profession est le GDSAA (groupe de défense sanitaire aquacole d’aquitaine) qui a été créé en 1984 pour mieux connaître, maîtriser et gérer les maladies des poissons, ainsi que pour gérer et résoudre les problèmes de pollution en amont des élevages.
Dans les années 80-90, après avoir fait le constat préoccupant de piscicultures régulièrement en très grande difficulté économique à cause de problèmes de pollution subie, le GDSAA a lancé une action collective pour gérer le problème en réalisant une étude « sur » les Points Potentiels de Pollution.
Cette étude consistait à aller chercher sur un certain nombre de bassins versants tous les points possibles de pollution, pour les répertorier et les cartographier. Quand la liste de tous les points de pollution par bassin versant a été terminée, une action de sensibilisation à la pollution a été mise en place.
Une plaquette informative sur les gestes à faire pour ne pas polluer a été réalisée puis envoyée en masse à tous les acteurs concernés (mairies, entreprises, agriculteurs…) sur les bassins versants concernés. Cette action de grande ampleur a été une réussite.

Un autre élément est important dans la lutte contre la pollution. En effet, il y a souvent plusieurs élevages piscicoles sur un même cours d’eau. Les pisciculteurs sont obligés d’aborder collectivement toutes les problématiques (sanitaires, environnementales…) liées à la qualité de l’eau.
Cette gestion collective lorsqu’elle existe est une particularité de la filière piscicole qui est une garantie supplémentaire de la bonne qualité de l’eau, rappelons le, une ressource indispensable.

DEMOLY Ghislain – élève de 1ère Bac Pro Productions Aquacoles