Des micro-algues pour lutter contre le cancer : le formidable défi d'un passionné de la mer

laborantin

Benoit SERVIE, ancien élève à la MFR de Challans est aujourd'hui étudiant en doctorat. Il nous livre son parcours...


Des micro-algues pour lutter contre le cancer : le formidable défi d'un passionné de la mer

laborantin

Benoît SERIVE, ancien élève à la MFR de Challans est aujourd'hui étudiant en doctorat. Il nous livre son parcours...

Au début de ses études, Benoît souhaitait découvrir les multiples domaines de l'aquaculture et ses différentes espèces. Il choisit donc de passer un BEP Maritime de Cultures Marines par alternance à la MFR de Challans. Il obtient ensuite un brevet de technicien aquacole. Puis il est retenu à l'institut national des sciences et techniques de la mer, pour y obtenir un diplôme de technicien supérieur et effectue ensuite une licence à l'université de Nantes.

Son parcours à la MFR lui a permis d'entrer rapidement dans le vif du sujet, grâce à l'alternance qui est pour lui un excellent moyen de se former. « Fabuleuse opportunité pour s'ouvrir aux différents métiers de l'aquaculture. Dans son cas, cela a été une force. « L'alternance peut permettre de rencontrer des personnes passionnées qui peuvent nous apporter de nombreux conseils pour notre chemin de vie et nous inspirer un profond respect. En ce sens, les stages sont un atout en donnant le courage et la passion nécessaires pour avancer dans les études ».

Aujourd'hui Benoît Serive effectue sa thèse au laboratoire de physiologie et biotechnologie des algues à l'Ifremer de Nantes. Il travaille à partir de micro-algues à la recherche de molécules pour lutter contre le cancer. Ses fabuleuses recherches sont financées par la région Pays de la Loire.

« Vivez vos rêves et ne rêvez pas votre vie » nous livre M. Serive. Il insiste sur le fait que c'est la volonté qui nous permettra de réussir nos projets, que les obstacles pour atteindre un objectif peuvent être difficiles à vivre sur le moment mais que la récompense sera d'autant plus grande. La difficulté pour un étudiant à un tel niveau reste de trouver le juste milieu entre le travail et le reste. Le travail, Benoît y consacre le plus clair de son temps mais à la veille de devenir docteur, il n'a pourtant pas perdu le sens de l'humour et nous livre donc ce petit proverbe d'étudiant qu'il affectionne particulièrement : « Si tu te sens nul, dis-toi qu'un jour le grand chêne fût qu'un gland comme toi ! ».